Error, canvas is not supported

Créateurs de musique : comprendre les bonnes pratiques numériques

Publié le mercredi 26 octobre 2016

Cette semaine, le Ministère de la Culture et des Communications du Québec (MCCQ), le Conseil de Arts et des Lettres du Québec (CALQ) et la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) ont entrepris de se pencher sur de possibles mesures en lien avec les métadonnées culturelles dans le cadre du Plan culturel numérique du Québec (#PCNQ). Nous saluons cette initiative, qui promet enfin, d’offrir des solutions concrètes à la baisse de l’économie du disque québécois.
Pour permettre une exploitation en-ligne conséquente de la musique, l’existence de métadonnées descriptives (master metadata) est devenue aussi importante que la matrice audio elle-même (audio master). Sans les métadonnées, les auditeurs n’ont plus accès aux informations concernant les artistes et les contributeurs impliqués dans une chanson téléchargée ou écoutée en-ligne. Les artistes d’ici ont un rôle à jouer et doivent exiger une meilleure prise en compte des métadonnées par les services de musique en-ligne. Comment se fait-il que nous ne sachions plus quand et où un enregistrement a eu lieu et quels étaient les musiciens qui participaient aux sessions?

En plus, les métadonnées sont la seule garantie qui demeure pour assurer le paiement de redevances et la survie minimale des créateurs. Sans rémunération conséquente découlant du streaming, la notion de créateurs professionnels n’existera bientôt plus. Sans métadonnées appropriées, la musique québécoise disparaît des plateformes numériques. Le public ne la trouve plus, les playlists en sont privées. Plus le temps file et plus les contenus concurrents se taillent une place en pole position en cumulant de l’activité économique au détriment des contenus mal référencés, les nôtres.

S’il faut une raison économique pour s’occuper de documenter nos contenus, la voilà : Nous ne savons pas combien de temps il faudra pour constater les retombées économiques positives d’une meilleure indexation des métadonnées, mais nous savons que si nous n’appliquons pas rapidement de bonnes pratiques d’affaires dans ce domaine, nous disparaitrons avec certitude. C’est ça le virage numérique de la culture québécoise.

Les pistes d’intervention que nous avons soumises au MCCQ sont 1. La participation accrue du Québec à la définition des normes ISO pour la culture et d’un socle commun et international des métadonnées; 2. L’amélioration des informations de géolocalisation liées au lieu de création; 3. La mise en place d’outils et de processus facilités d’indexation par les créateurs et les maisons de disques; 4. L’ajout d’incitatifs financiers aux subventions pour les producteurs adoptant de bonnes pratiques d’affaires relatives à l’usage des métadonnées; 5. La sensibilisation du Secrétariat à la diversité culturelle du Québec à la question des métadonnées.

Rien ne s’améliorera sans que nous n’en prenions les moyens.
Rendez-vous au http://tagtamusique.com

Suivez MetaD sur les réseaux sociaux

Abonnement à l'infolettre

Soyez les premiers à être informés des nouvelles concernant l'univers des metadonnées.